"Fictions, Séries et Transformation digitale"

IoT : connexions sous tension

Partager :

Homeland, saison 2, épisode 10 : un hacker accède au pacemaker du vice-président des Etats-Unis et modifie son rythme cardiaque pour le tuer. Black Mirror, saison 1, épisode 3 : les personnages portent des lentilles de contact qui filment et enregistrent leur vie en permanence, des données qui seront évidemment utilisées à mauvais escient. Dans le monde des séries, les objets connectés ont décidément bien mauvaise réputation et sont souvent représentés comme une source de danger, plus que comme de véritables alliés. Fantasme de scénaristes ? Pas vraiment.

L’actualité vient sans cesse nous rappeler que les objets connectés qui déferlent dans notre quotidien ne sont pas assez sécurisés ou ne le sont pas du tout. Les attaques par déni de service, via des objets connectés, devraient se multiplier en 2017 en raison de la grande vulnérabilité de ces derniers. A partir du moment où un objet est « connecté », il est susceptible d’être mis en contact avec d’autres appareils eux aussi connectés, pour le meilleur ou pour le pire…

Mais pas de panique ! Pour éviter que nos bracelets intelligents, thermostats ou balances connectées ne se retournent un jour contre nous, il faudra développer des réseaux de plus en plus sécurisés, chiffrer les données transmises, utiliser des protocoles propriétaires et créer des normes spécifiques aux objets connectés.


DKRYPTAGE

Les entreprises qui se lancent dans l’IoT ont aujourd’hui davantage conscience des bénéfices qu’elles peuvent en attendre (efficacité opérationnelle, économies d’échelle, augmentation des revenus etc.) que des risques qu’ils impliquent. Même si la menace d’un superordinateur contrôlant notre monde est encore loin, les objets connectés créent des problématiques nouvelles de sécurité et de confidentialité, que les organisations doivent prendre en compte pour se protéger, elles et leurs clients.

Partager :